2006/03/27

Et ça continue, et ça continue...

Je suis d'accord que chaque individu a droit à ses droits fondamentaux. Mais il doit exister dans une société qui se resptecte des règles établies et convenues par la majorité. Aucune démocratie ne saurait survivre sans ce fondement du droit et du respect de la majorité. Quand la liberté individuelle brime la liberté collective, alors il faut sérieusement se questionner sur ce que devrait être la démocratie voir ici.

J'avais écrit que je me tairais sur ce sujet mais quand je lis une nouvelle comme celle-ci voir ici je suis dans tous mes états. Quand on parle de la laïcisation dans les institutions scolaires et l'ETS en est une, on parle d'une lutte qui a duré des années. Un long combat où l'objectif était, et est toujours, de faire en sorte que l'école devienne une sorte de terrain neutre.

Au Québec, ce combat avait pour but de libérer l'école de l'emprise et de l'influence catholique dans l'enseignement. Ce serait donc une grave erreur que de remplacer une influence par une autre. Si on permet à une culture religieuse de s'afficher, on sera obligé d'accorder à toutes les autres le pouvoir de s'afficher. Cela nous conduira à une sorte de désordre qui provoquera dans les écoles les mêmes luttes qui durent depuis trop longtemps sur la place publique.

Je dis donc "NON" à toutes formes de manifestations d'appartenance à une religion ou à une autre. L'école doit être un terrain neutre. En dehors de l’école « OUI » la liberté du choix peut bien exister. Mais dans l’école, comme c’est le cas aujourd’hui la neutralité absolue doit exister.

Et vous qu'en pensez-vous ?

6 Comments:

At 9:36 PM, Blogger Accent Grave said...

Votre billet exprime exactement ma pensée, et celle de bien d'autres.

Mais comment en est-on arrivé là? Il y a une limite à s'oublier au profit des autres. Comment pouvons-nous permettre aussi facilement aux autres ce que nous nous interdisons?

Lorsque des jugements aussi absurdes sont prononcés, je me pose de sérieuses questions sur la réflexion réelle de nos juges.

Les juges agissent comme si personne n'avait bâti ce pays, comme si le passé n'existait pas, que seule la « mosaïque multiculturelle » comptait.

Donner la priorité aux us et coutumes des nouveaux venus avant nos propres valeurs c'est se faire Hara-Kiri.

Il faut refuser ce jugement.

Accent Grave

 
At 2:00 PM, Anonymous Née un 24 juin... said...

Je suis tout à fait d'accord avec le commentaire "d'accent grave". Depuis environs une cinquantaine d'années que le Québec essaye de se démarquer. On prône la langue française et finalement, on se retrouve à Montréal, ville québécoise encore jusqu'à nouvel ordre, avec un pluriculturalisme (j'ai rien contre, ne vous méprenez pas) aussi dense qu'à Vancouver... et dont la langue la plus parlée est : l'anglais ! Donc, si ça continue comme ça, l'anglais sera de plus en plus présent... Nous avons nos us et coutumes... et nous avons travaillé fort pour les garder. Mais nous, peuple Québécois, sommes trop bons et laissons la liberté d'expression, liberté de religion à qui veut bien l'entendre, la pratiquer et surtout... l'interpréter à sa manière. Je me vois ben mal arriver dans un pays plus à l'est et revendiquer mes droits de Québécoise, avec ma religion, mon drapeau, mes sacres et mes coutumes québécoises dans un pays qui n'est pas le mien. Premièrement, je ne serais pas bien vue et deuxièmement, je me sentirais bien mal de faire tout ce flafla ! Je pense qu'il y a trop de libertés au Québec. Nous sommes un peuple tellement ouvert d'esprit... qu'on a oublié où étaient nos vraies racines...

 
At 3:05 PM, Blogger Celle qui va said...

Comment en est-on arrivé là ? ou plutôt POURQUOI en est-on arrivé là ?
Quelle est donc la PORTÉE de notre Charte des droits et libertés ? Est-il possible de réviser cette Charte ?

Car, dans un monde actuel, ELLE n’est plus seulement l’outil qui encadre notre libre expression mais, de plus en plus, l’outil des minorités culturelles.

Ce changement démographique des dernières années nous apporte son lot de coutumes, de traditions et de religions et on est loin des chicanes linguistiques entre les anglais et les français.

On est maintenant devant des communautés qui revendiquent des droits énoncés dans notre Charte.

On est devant des tribunaux qui décident pour la majorité...

On assiste au pouvoir des juges sur les politiciens.

 
At 4:01 PM, Anonymous La fille du père du frère de la soeur said...

Justement... Je trouve que c'est rendu loin tout ça ! Bientôt, nous, peuple Québécois, n'aurons plus de droits...

 
At 9:50 PM, Anonymous questionnement said...

Si on votait pour la souveraineté pourrait-on se refaire un nouvelle charte?

 
At 12:43 PM, Blogger Celle qui va said...

Bien sûr, ce serait LA SOLUTION.

 

Enregistrer un commentaire

Liens vers ce billet:

Créer un lien

<< Home