2006/06/17

Le barrage de la rivière Trinité

Des clients m’avaient dit qu’ils avaient limité l'accès à la structure du barrage de la rivière Trinité.

Je me suis rendue près de la passe migratoire ce matin pour constater qu'une pancarte était installée devant une clôture qui restreint l'accès.

Je m’y attendais, déjà l’été passée la structure était endommagée à plusieurs endroits. Les crues du printemps et les fortes pluies de ces dernières semaines ont sûrement aggravé la situation.

Le barrage a 80 ans. Il repose sur les mêmes fondations de bois qu'à l'origine. Nous ne sommes pas rassuré, surtout lorsque la pluie vient gonfler l'eau de la rivière.

Pourtant, la solution n'est pas hors de prix. Le coût de remplacement du barrage est estimé à environ 2 millions de dollars.

Cependant, comme la structure du barrage retient la réserve d'eau du village, les coûts de la modernisation des équipements de pompage et de traitement des eaux doivent aussi êtres inclus dans les coûts. Nous sommes une petite population de 600 habitants et nous n’avons pas les moyens d’investir dans ces travaux.

Des négociations sont entreprises entre la municipalité et trois ministères pour nous aider à payer la facture. À l'origine les installations appartenaient à la compagnie Domtar et lorsqu’elles ont été cédées au gouvernement du Québec, celui-ci s’était engagé à procurer de l’eau potable à la municipalité en retour, ce que nous n’avons jamais eu.

Notre rivière à saumon, est également touchée par la désuétude du barrage. La passe migratoire, qui est intégrée au barrage, ne permet plus aux saumons de remonter la rivière en tout temps.

En attendant, les accès rapprochés du barrage sont clôturés pour éviter les accidents. Pour combien de temps ?

1 Comments:

At 9:45 PM, Anonymous Résident de Baie-Trinité said...

Le barrage est dans un piteux état et ni la municipalité ni la ZEC n'ont l'argent nécessaire pour le reconstruire. Le barrage peut partir à n'importe quel moment si une crue des eaux le moindrement importante survenait. De notre côté, à la ZEC nous craignons la disparition d'un bon secteur de pêche et d'une passe migratoire. Cette rivière est une rivière témoin qui sert pour l'ensemble des études sur le saumon au Québec. On m'a dit que la municipalité veut que Québec, propriétaire du barrage, reconstruise.

 

Enregistrer un commentaire

Liens vers ce billet:

Créer un lien

<< Home