2006/06/16

Plus la planète se réchauffe, plus le Saint-Laurent voit ses côtes reculer

Pourtant, le niveau de la mer n'a pas encore augmenté des 60 à 70 cm prévus pour les 100 prochaines années. Alors, qu'est-ce qui gruge ainsi les côtes?

«L'érosion n'est pas seulement due à l'action des vagues, explique Pascal Bernatchez dans son article. Le réchauffement climatique va accentuer d'autres phénomènes moins connus, mais qui provoquent tout autant le recul des berges: l'écoulement d'eaux souterraines, le dessèchement de l'argile par le soleil, qui la fait fendiller et céder par plaques, la succession de phases de gel et de dégel, qui sont à l'origine de cassures dans le sol? Des températures plus élevées entraîneront forcément des épisodes plus fréquents de ce genre, des pluies plus importantes, des périodes de canicule plus nombreuses, des hivers où le mercure jouera au yoyo et franchira la barre du zéro. Tout cela augmentera l'usure de la côte de l'intérieur.»

Ici, dans mon village, les berges avancent et les maisons se rapprochent terriblement de l'eau. Plusieurs de mes amis s'inquiètent de ce phénomène, ils perdent de plus en plus de terrain et craignent les prochaines grandes marées.

lire ici l'article dans la revue Actualité

2 Comments:

At 10:00 PM, Blogger Accent Grave said...

Certains citoyens doivent vivre l'anxiété au maximum non?

La question qu'on se pose tout le temps: ces phénomènes sont-ils réellement dûs au réchauffement de la planète? Nous n'avons jamais connu cela mais nous ne receuillons des données depuis peu de temps (une centaine d'années?).

Bien sûr, on ne répondre à cette question. Si le réchauffement n'a rien à voir avec ça, que peut-on y faire? Et si le réchauffement est le grand responsable, n'est-il pas trop tard?

Je reprends cette histoire de grenouille dans l'eau bouillante racontée par D. Suzuki ce printemps et par Blogue Notes tout dernièrement.

AG

 
At 10:32 PM, Blogger Celle qui va said...

Le réchauffement de la planète et donc les fluctuations du niveau de l'eau et de la force des vents est le principal facteur qui agit dans le processus d'érosion. Mais il y en a d'autres, la destruction de la végétation riveraine par la pollution industrielle en est une autre.

Maintenant que nous connaissons le phénomène nous devons agir et vite.

Ce que je déplore, ici sur la Côte c'est l'absence de concertation entre les décideurs face à ce problème majeur.

Depuis des années on évalue on analyse . Est-ce qu'on ne pourrait pas adopter et mettre en place une politique de protection des rives tout en proposant des mesures concrètes pour minimiser l'assaut des vagues au printemps et en automne lors des grandes marées ?

On dit que l'enrochement n'est pas une solution, quelle est donc la solution pour briser ces lames d'eau qui déferlent sur le rivage.

Je suis très inquiète.

 

Enregistrer un commentaire

Liens vers ce billet:

Créer un lien

<< Home